ASCIDENZA

Evidenza, com'è no diciarìamu : eccu a prova di ciò ch'hè vivu.
Hè da quì chì si custruisci u prùpositu fotogràfficu di Lea Eouzan, in lu vivu chì si manifisteghja,
micca par via di la so traccia, di lu so segnu, ma par via di u so corpu, u so essa, quì. Hè calcosa
ch'e no pudemu veda à u primu colpu d'ochja, in a seria di ritratti cunsacrati à i famiddi d'òrigini
taliani stallati in Corsica. Eccu, u tempu si ristringhji, in u prisenti assulutu di a fotograffia, ed hè
l'unità di i generazioni ch'e no rincunniscimu, in u calori induvinatu chì passa da i genitori à i
fiddoli, da un parenti à l'altru. Ricunniscimu un ìntimu chì rassirinighja. È po l'unità di u locu :
drintu è fora, casa è giardinu, campagna è cità, una dualità chì, infatti, si sfaci, in la prufunda unità
di a parsona. Ci hè una parintia risintuta. Una vicinanza. Tuttu u travaddu prisintatu quì si faci cù a
càmara larga, i presi sò longhi, è ci hè tuttu un' indiatura par sisiscia a figura umana, è u tempu
spissu duva ci si rivela. Stantarà u tempu, hè una manera di renda li a so vera diminsioni, fluenti : in
a curva di u dittagliu, in a manu strinta in stacca, in u gestu ch'ùn si vidi, in tuttu u risintutu, di
l'aienti chì s'òffrini à u sguardu di u fotograffu, com'è famidda, com'è indivìdui, com'è elementi
d'una storia chì ci cunteni à tutti.
Una storia, tra tutti i storii pussìbili, di stu mondu, presa intreva trà ciò chì passa è ciò chì ferma.

 

                                    Stefanu CESARI  


Évidence, comme on dirait : voici la preuve de ce qui vit.
C'est d'ici que le propos photographique de Lea Eouzan se constitue, dans le vivant, voilà le lieu de
sa manifestation, non pas signe ni trace, mais corps saisi, entier, collectif. C'est quelque chose que
l'on peut lire d'emblée dans la série de portraits qu'elle consacre aux familles d'origine italienne
installées en Corse. Voilà le temps replié dans le présent absolu de la photographie, et c'est l'unité
profonde des générations que nous reconnaissons, dans cette chaleur entrevue que les aînés
transmettent à ceux qui les prolongent. Nous reconnaissons une intimité parlante. Et le lieu, son
unité : dehors/dedans, maison/jardin, ville/campagne, une dualité qui se défait dans la présence,
dans l'être-là, la vie du jour. Il y a une certaine parenté dans le regard que ces photographies nous
renvoient, une proximité. Tout le travail présenté se fait à la chambre grand format, les temps de
pose sont longs, elles supposent un engagement de l'artiste à saisir le visage et l'épaisseur où il se
révèle. Figer le temps, c'est une façon de lui rendre vie, de surcroît, une vie fluente dans la courbe
des détails, dans la main qui se serre et que l'on ne voit pas, dans tout le ressenti de ceux qui
s'offrent au regard du photographe, comme famille, comme individu, comme élément d'une histoire
qui nous contiendrait tous.
Une histoire, entre toutes celles possibles, prise entre ce qui passe et ce qui demeure.

EXPOSITION "SGUARDI,  LES CORSES ET L'AUTRE" à l'Arsenale, Bastia juin 2019
 

Maria è Felice De Cicco, 1949, Prata è Pratola Serra, pruvìncia di Avellino (Campania) – a casa di famiglia, Lucciana, ferraghju di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)

François et Benjamin Giacomi, 1910, Pisa, pruvìncia di Pisa (Toscana) – a casa di u ceppu famigliale, Bastia, marzu di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)

Isabelle Marino Rossi, 1997, Gallina è Rizziconi, pruvìncia di Reggio Calabria (Calabria) – Montesoru, marzu di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)

Rosalba Marras, 1960, Ghilarza, pruvìncia di Oristanu (Sardinia) – Bastia , marzu di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)

Raphaël Biondi, data scunnisciuta, Maresca, pruvìncia di Pistoia (Toscana) – Bastia, aprile di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)

Lidia Morfino, 2003, Messina, pruvìncia di Messina (Sicilia) – Villa Italia, Bastia, marzu di u 2018
(D’après négatif couleur 4x5 inches)