Après une formation technique en photographie à Paris (1999-2001), Léa Eouzan est diplômée, en 2006, de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles (ENSP, félicitations).

Le Fotografia Festival di Roma lui propose, la même année, sa première exposition collective. Elle voit la parution d’une partie de son travail autour des lieux de mémoire dans l’édition du IVè volume de la « Storia della Shoah » chez Utet, puis plus récemment dans « Future Images » (24 Ore Motta Cultura) et « Jours d’après » (Thames and Hudson).

Sa première exposition personnelle est présentée à la galerie Le Bleu Du Ciel (Lyon), en mai 2009. Ce travail l’a conduite à réaliser un ouvrage de commande, le « Guide Historique d’Auschwitz » en janvier 2011

(éditions Autrement).

En 2012, après son retour dans l’île natale, la galerie Gour&Beneforti expose « Histoire(s) contemporaine(s) » à Bastia.

Un an plus tard, elle est la photographe retenue pour la manifestation KM1, une résidence organisée par l’Alliance Française de Manille en collaboration avec le Musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône.

« What remains, what disappears » est l’exposition qui résulte de ce voyage,

prolongement de sa réflexion autour de la muséographie des lieux de mémoire et de

leur mise en spectacle.  L’exposition est présentée à Quezon City (Manila) et à Paris en janvier 2014.

      En octobre 2015, une série de photographies, « Intersection », est présentée lors du Festival FotoWeek DC de Washington à la galerie Cross MacKenzie en regard au travail photographique de l’artiste américaine, Anna Beeke. Une exposition soutenue par les services culturels de l’Ambassade de France aux États-Unis qui lui propose, dans un même temps, de réaliser une commande avec les artistes « muralistes » de la ville de

Baltimore, autour du quartier de Sandtown, en partenariat avec la Fondation CrossCurrents.

Lea Eouzan mène depuis plusieurs années un travail de recherche autour des mutations du paysage insulaire corse.

After a technical formation in photography in Paris (in 1999-2001), Léa Eouzan graduated in 2006 from the National Superior School of Photography in Arles (with distinctions).

The same year, The Fotografia Festival di Roma offers her her first group exhibition. The release of a part of her work around memory’s places was published in the fourth edition of the "Storia della Shoah" in Utet editions and more recently in "Future Images" (Motta 24 Ore Cultura) and "Afterwards"(Thames and Hudson).

Her first solo exhibition was presented at the gallery Le Bleu Du Ciel (Lyon) in May 2009. This work led her to carry out an order book, the "Guide Historique d’Auschwitz", published in January 2011, to Autrement editions.

In 2012, in Bastia (Corsica), the gallery Gour & Beneforti exposed Histoire (s) Contemporaine(s). A year later, she is the photographer for the event KM1, a residence orchestrated by the French Alliance in Manila in collaboration with the Nicephore Niepce Museum of Chalon-sur-Saône. "What remains, what disappears" is the exhibition that results

from this work, a following reflections on the museum of memory’s places, their setting up of entertainment and memorial tourism.

This exhibition is presented in Quezon City - Manila and Paris in January 2014.

In October 2015, "Intersection", a selection of photographs, was presented at the Festival FotoWeek DC of Washington at the Cross MacKenzie Gallery, along with the work of the American artist-photographer, Anna Beeke. This exhibition was supported by the Cultural Services of the French Embassy in the Unites States. In the same time, she worked on an order with the muralists artists of Baltimore city in the surrounding of Sandtown. This mission was supported by the CrossCurrents Foundation.

© Baruch Blich / Université de Jérusalem, 2009